Contact : [email protected] / 022 575 28 18

CONSULTATION EXPRESS 0900 158 158 (CHF 2.50/min)

Les dangers de la « pensée positive ». Le bonheur existe-t-il ?

bonheur pensée positive sentiments émotions
pensée positive et bonheur

[Ndr : afin de vous donner une vision la plus complète possible sur les sujets que nous traitons, cet article est une orientation différente d'un précédent blog sur la pensée positive.]


Également connu sous le nom de «psychologie positive», la « pensée positive » s'est récemment imposée, non seulement chez les psychologues, les travailleurs sociaux, les coachs de vie et les thérapeutes, mais également dans toute la littérature liée au développement personnel.

Cependant, il existe des preuves suggérant que l'approche a un côté négatif.

Le conseil le plus courant dans le cadre de la « pensée positive » est que nous devrions vivre le jour présent et vivre l'instant présent. Cela nous aiderait à être plus positifs et à éviter trois des états émotionnels les plus infâmes, soit le regret, la colère et l'inquiétude.

En fin de compte, cela suggère que nous évitions de trop nous concentrer sur les regrets et la colère du passé, ou sur les inquiétudes concernant l'avenir.

Cela ressemble à une tâche facile. Mais le cerveau humain est câblé et fait pour vivre dans le passé et le futur. Comparée à d’autres espèces, la survie humaine repose beaucoup sur l'apprentissage et la planification. Vous ne pouvez pas apprendre sans vivre dans le passé, et vous ne pouvez pas planifier sans vivre dans le futur.

Le regret, par exemple, qui peut nous faire souffrir en réfléchissant au passé, est un mécanisme mental indispensable pour apprendre de ses propres erreurs afin d'éviter de les répéter.

Les inquiétudes concernant l'avenir sont également essentielles pour nous motiver à faire quelque chose qui est quelque peu désagréable aujourd'hui, mais qui peut créer un bénéfice ou nous épargner une plus grande douleur à l'avenir. Si nous ne nous inquiétons pas du tout de l'avenir, nous ne prendrons peut-être même pas la peine d'acquérir une éducation, d’améliorer nos compétences, d'assumer la responsabilité de notre santé ou de faire nos courses.

Comme le regret et les soucis, la colère est une émotion utile et protectrice. Elle nous protège contre les abus et invite les personnes qui nous entourent à respecter nos intérêts et nos valeurs. Des recherches ont même montré qu'un certain degré de colère dans les négociations peut être utile et conduire à de meilleurs résultats.

De plus, la recherche a montré que les humeurs négatives en général peuvent être très utiles, nous rendant moins crédules et plus sceptiques.

Des études ont estimé que 80% des personnes ont en fait un biais d'optimisme.

Pour expliquer ce biais d’optimisme, nous avons toutes et tous pris des risques sans considérer être en danger, que ce soit en faisant un tour de vélo sans casque ou en allant au-dessus de la limite de vitesse en voiture. Bien que ces situations puissent représenter un risque, il n’est pas rare de sous-estimer ce dernier lorsque nous sommes personnellement concernés. Ce biais veut que les gens aient la croyance erronée d’être personnellement moins à risque que les autres.

Petite parenthèse sur la situation sanitaire que nous avons vécue. En 2020, alors que la pandémie mondiale du virus COVID-19 se produisait, plusieurs milliers de personnes se réunissaient sur les plages et dans les bistrots, ou même organisaient des soirées en ignorant les risques sanitaires. On peut penser que le biais d’optimisme a joué un rôle dans ces comportements lorsque l’on constate le discours de certains de ces individus qui semblent se croire moins concernés par les risques du virus que les autres, alors que les médias rapportent des cas de personnes décédées de la COVID-19.

Ce biais d’optimisme peut conduire à des décisions mal réfléchies, comme mettre tous nos fonds dans un projet avec peu de chance de succès ou quitter un emploi stable en pensant que le destin nous apportera mieux.

Alors, faut-il vraiment être encore un fan d’optimisme ?

Le biais d'optimisme est lié à l'excès de confiance. Croire que nous sommes généralement meilleurs que les autres dans la plupart des choses, de la conduite à l’expertise scientifique. L'excès de confiance peut devenir un problème dans les relations. Cela peut également nous empêcher de nous préparer correctement à une tâche difficile, et blâmer les autres lorsque nous échouons finalement.

Le « pessimisme défensif », en revanche, peut aider les personnes anxieuses, en particulier, à se préparer en fixant une barre raisonnablement basse au lieu de paniquer, ce qui facilite le franchissement serein des obstacles.

La concentration excessive de la « pensée positive » sur le bonheur, et son affirmation selon laquelle nous en avons le plein contrôle, est également préjudiciable. Après tout, si nous avons le plein contrôle de notre bonheur, comment pouvons-nous blâmer une période de chômage, une inégalité sociale ou une situation financière précaire ? La vérité est que nous n'avons pas un contrôle total sur notre bonheur et nous devons prendre en compte certains critères économiques et sociétaux.

Revenir à un certain réalisme est indispensable.

Croire que vous pouvez simplement régler un problème en vous concentrant sur des émotions positives lorsque vous êtes en danger financier, relationnel ou que vous avez subi un traumatisme majeur est pour le moins naïf. Nous n'avons pas le contrôle total de notre bonheur et lutter contre cela peut rendre les gens plus tristes qu'heureux.

Ordonner à une personne d'être heureuse n'est pas très différent de lui demander de ne pas penser à un éléphant rose. Dans les deux cas, son esprit peut facilement aller dans la direction opposée. Ne pas être en mesure d'atteindre l'objectif d'être heureux ajoute une frustration et une culpabilité importante.

Le bonheur est-elle vraiment la valeur la plus importante dans la vie. Est-ce même quelque chose de stable qui peut durer dans le temps ? Voici une citation qui peut vous apporter un élément de réponse : « Le but de la vie n'est pas d'être heureux. C'est d'être utile, d'être honorable, d'être compatissant, de faire une différence, d’avoir vécu et bien vécu. »

Benoit Zwick, Directeur de l'ISHP

Envie d'aller plus loin dans votre productivité personnelle ?

N'attendez pas pour prendre contact, nous avons exactement ce qu'il vous faut.

Réservez votre appel de renseignement